Demain by Benjamin Rifon

Demain by Benjamin Rifon

Jour -1 avant le lancement de ArtforBeirut

Dès la fin de l’explosion, Spaz et Exist ont reçu des messages de leurs amis du monde entier. En tant qu’artistes, graffeurs et représentants la scène créative de Beirut, ils ont beaucoup accueillis mais aussi « beaucoup » voyagé. Ils ont touché beaucoup de coeurs. C’est pourquoi naturellement leurs amis leur ont proposé de l’aide financière. Quand ils ont vu l’état de leur maison, située à 1 kilomètre du coeur de l’explosion, ils ont pris peur pour eux, ils voulaient les aider. Pour l’énorme majorité, le seul moyen est d’envoyer de l’argent.

Il a donc fallu régler le problème de l’argent, du compte en banque et des retraits, ce qui fût fait par Spaz dès le 7 août. Ils étaient prêts à passer à l’action. Le premier geste qu’ils ont effectué fut de donner 100$ à un migrant du Bangladesh qui s’occupait jusqu’alors de récolter les déchets dans leur rue. Ils le connaissaient, car ils fumaient souvent des cigarettes ensemble. La moto de cet homme été complètement détruite lors de l’explosion. Durant une conversation préalable à l’explosion, il avait mentionné l’envie de rentrer dans son pays et l’impossibilité de le faire. 3 jours après le don de 100$ pour réparer sa moto, mes amis ont appris qu’il avait quitté le pays pour rentrer chez lui, ce qu’il voulait faire depuis 2 ans. Lorsqu’il m’en parle, c’est avec un sourire satisfait. Avec ces cent dollars, ils ont pu aider cet homme à réaliser son rêve. C’est la face brillante d’une pièce noircie.

Des exemples de la sorte vont suivre. J’en suis sûr.  Déjà 18 bénéficiaires sont identifiés et se verront répartir le 2000$ premiers euros déjà récoltés avant le lancement de ArtforBeirut.

Parmi eux, la petite boutique située à quelques maisons de la leur. Je l’avais prise en photo à l’époque ( son côté franchouillard m’avait interpelé, « Fauchon »). Et Cosette, cette douce Cosette. Voici ce que j’avais écrit sur elle à l’époque :

« Cosette est douce. Cosette est belle. Cosette joue du piano. Cosette parle français. Elle m’a un jour salué sur la terrasse alors que je fumais une cigarette. « Bonjour, comment ça va ? ». Je suis immédiatement tombé sous le charme de Cosette. Elle l’a vu. Quelques minutes plus tard, j’étais en train de récolter les fruits dans son jardin. C’est plus facile quand vous avez 26 ans et que vous mesurez 1m90. Cosette, c’est aussi des histoires. Des shootings photo pour une marque d’orange (il n’y a pas de hasard !) dans la vallée de la Beeka, un tournage en Grèce pour un yaourt et une célèbre marque de lessive. Quelle joie quand Cosette apparaît sur un cliché ! Le lendemain, Cosette invite ses voisins, Spaz et Exist, à la maison. Je me joins à eux, elle nous joue du piano. Je rentre à Bruxelles le lendemain et ne peux donc pas lui montrer les photos de la veille. Ce n’est pas grave, Cosette, ta présence calme est mon havre de paix libanais et tu retrouveras ta photo dans cet ouvrage. » 

Spaz et Exist ne sont pas simplement 2 artistes qui veulent prendre un rôle qu’ils n’ont jamais eu. Spaz et Exist ont toujours attaché une importance énorme aux gens, aux habitants de Beirut et de leur quartier. Ils leur ont déjà dédié une partie de leur vie, sacrifiant leurs salaires en bombes de peintures, leur temps libre en temps de peinture afin de colorer les murs du quartier et de communiquer avec tous. C’est aussi pour cela que j’ai souhaité qu’ils gèrent et choisissent eux-mêmes comment et à qui cet argent doit aller.

Benjamin Rifon

D-1 before the launching of Art for Beirut

As soon as the explosion was over, Spaz and Exist received messages from their friends all over the world. As graffiti artists and representatives of the creative scene in Beirut, they welcomed a lot, but also traveled a lot. They have touched many hearts. That is why their friends naturally offered them financial support. When they saw the state of their house, located 1 kilometer from the heart of the explosion, they were afraid for them, they wanted to help them. For the vast majority, the only way is to send money.

So the money problme, bank account and withdrawals had to be solved, which was done by Spaz on August 7th. They were ready to take action. The first thing they did was to give $100 to a migrant from Bangladesh who had been collecting garbage on their street. They knew him because they often smoked cigarettes together. This man’s motorcycle was completely destroyed in the explosion. During a conversation prior to the explosion, he had mentioned the desire to return to his country and the impossibility of doing so. 3 days after the donation of $100 to repair his motorcycle, my friends learned that he had left the country to go home, which he had wanted to do for 2 years. When he tells me about it, it is with a satisfied smile. With this hundred dollars, they were able to help this man realize his dream. It’s the shiny side of a blackened coin.

Examples like this will follow. I’m sure they will. Already 18 beneficiaries have been identified and will receive the first $2,000 already collected before the launch of ArtforBeirut.

Among them, the small store located a few houses away from theirs. I had taken a picture of it at the time (its franchouillard side appealed to me, “Fauchon”). And Cosette, this sweet Cosette. Here is what I wrote about her at the time:

“Cosette is sweet. Cosette is beautiful. Cosette plays the piano. Cosette speaks French. She once greeted me on the terrace while I was smoking a cigarette. “Hello, how are you? I immediately fell under Cosette’s spell. She saw him. A few minutes later, I was harvesting fruit in her garden. It’s easier when you’re 26 years old and you’re six feet tall. Cosette is also a story. Photo shoots for an orange brand (there’s no chance!) in the Beeka valley, a shoot in Greece for a yoghurt and a famous brand of washing powder. What a joy when Cosette appears on a photograph! The next day, Cosette invites her neighbors, Spaz and Exist, to her home. I join them, she plays the piano for us. I go back to Brussels the next day and cannot show her the photos from the day before. It doesn’t matter, Cosette, your calm presence is my Lebanese haven of peace and you will find your photo in this book. »

Spaz and Exist are not just 2 artists who want to take on a role they never had. Spaz and Exist have always attached enormous importance to the people, the inhabitants of Beirut and their neighborhood. They have already dedicated part of their lives to them, sacrificing their salaries in spray paint cans, their free time in painting time in order to color the walls of the neighborhood and communicate with everyone. This is also why I wanted them to manage and choose themselves how and to whom this money should go.

Benjamin Rifon